Index de l'article
Messages écrits reçus de l'Océan
suite
suite
suite
suite
Toutes les pages
  • (08/03/2010) Le RECIT de la DERNIERE JOURNEE en MER et l'ARRIVEE :
  • la dernière nuit, un ultime front dépressionnaire nous bloquait l'accès à Antigua, et Luc nous avait prévenu que derrière ce front, le vent tournerait au NE, en notre faveur, en milieu de nuit, pour nous permettre d'atteindre enfin l'arrivée. Cette dernière nuit nous avons alternativement navigué dans des vents tourbillonnants, de la pétole, sous une pluie battante, suivis par deux voiliers amis venus nous accueillir (merci Fabrice, Joël, Loys). A 3 heures du matin, le vent s'établit plein N, fort (30 nœuds), et nous oblige à nous arrêter encore sous ancre flottante. Nous savons que le vent doit encore tourner plus E et nous nous couchons pour la dernière fois dans la cabine trempée, sous une pluie fine, en attendant cette rotation du vent. A 5 heures, le froid nous réveille, on se lève, la lecture du compas nous indique que le vent a tourné comme prévu, et que la route vers Antigua s'ouvre enfin pour nous !!!!
    Nous sommes seuls sur l'eau, nos 2 bateaux "pilotes" ont dû rentrer se mettre à l'abri à Antigua. Nous préparons 5 litres de boisson, une boite de barres énergétiques, remontons une dernière fois l'ancre flottante au bout de ses 50 m de cordage et nous mettons le cap sur Antigua, bien décidés à ramer à deux, non-stop, jusqu'à la ligne d'arrivée. Nous sentons bien que c'est aujourd'hui ou jamais qu'on doit finir cette traversée, que c'est écrit, d'autant que Luc nous a annoncé que les vents souffleront de secteur E pendant une très courte période: il faut vraiment profiter de ce court créneau, dussions-nous ramer pendant 24 heures non-stop.

    Toute la matinée nous ramons sur un rythme élevé mais régulier, le vent est fort, la mer de travers, nous sommes régulièrement arrosés et secoués par des vagues, le ciel est bas, il pleut de temps en temps, la visibilité est mauvaise et en nous retournant nous ne voyons toujours pas Antigua, mais nous ramons sans cesse, changeant de poste de rame entre celui de l'avant et de l'arrière toutes les heures, nous nourrissant de barres énergétiques. Nous ne ferons qu'un petit stop pour nous préparer un dernier repas chaud déshydraté, au moment où les côtes d'Antigua nous apparaissent dans la brume. On se prend en photos avec cette terre en toile de fond, on sait maintenant qu'on va arriver ce soir, c'est sûr, notre moyenne depuis ce matin est très élevée, nous ne sentons ni la fatigue, ni les douleurs (mains, fesses, pieds) qui nous gênent depuis des jours, l'adrénaline est le meilleur des dopants et des stimulants. Le temps passe très vite, les heures défilent sur le GPS, 7h de rame, 8h, 9 h....... J'appelle Linda et le père de Benoît avec le téléphone satellite pour les prévenir qu'on compte passer la ligne vers 19 heures locales. Ils sont déjà sur des bateaux et viennent à notre rencontre: on est encore plus motivés, s'il le fallait, pour tenir ce rythme de rame élevé qui nous fait réaliser notre meilleure vitesse moyenne sur 12h depuis le départ des Canaries !

    A l'approche d'Antigua nous croisons deux voiliers qui ne nous voient pas dans le mauvais temps, nous les appelons par VHF et ils font demi-tour pour revenir vers nous. Ce sont la famille de Benoît et l'équipage de Djo. Les premiers sont plutôt calmes et Benoît échange force signes avec eux, les seconds sont surexcités, nous suivant de près afin de nous faire bénéficier de leur sono qui débite à fond "We are the champions" et "I will survive". Ça nous fait sourire mais nous sommes encore concentrés sur notre bateau et surtout nous voulons profiter entre nous des derniers instants d'une si belle aventure. Sur le GPS nous avons affiché la fonction "distance au but" et nous regardons diminuer les chiffres, de plus en plus vite, car nous ramons exactement dans l'axe des vagues dans les derniers milles. Nous avons hâte de passer la ligne, mais nous savons aussi que c'est fini, nous sommes très émus, nous ne parlons presque pas, de plus en plus de bateaux nous escortent. Dans le noir maintenant nous reconnaissons les voix de Linda et des copains sur un catamaran, celle d'Eric de RFO qui nous filme depuis le bateau officiel et reconnaissons Simon l'organisateur, et aussi Philippe venu seul de Pointe-à-Pitre sur son catamaran, et la vedette à moteur avec toute la bande dite des "kinés"...

  • Nous passons la ligne dans le noir complet, sous l'éclairage des caméras, après 14h de rame à deux, Benoît qui rame devant moi à ce moment là se retourne et me dit "François c'est fini, on l'a fait", nous avons les larmes aux yeux en nous serrant les poings, on a fait un super truc, on se dit merci, c'est un instant fugace mais très fort. Le bateau organisateur nous propose de nous remorquer jusqu'au port mais nous tenons à y aller à la rame. Là on commence à rigoler et plaisanter avec les copains sur les bateaux suiveurs, je chante à tue-tête, faux bien sûr, tout le monde nous hèle dans le noir depuis les bateaux. Il nous faut 30 mn de rame pour arriver à l'entrée d'English Harbour et nous commençons à ressentir la fatigue, mal aux jambes, aux bras, nos 14 h de rame non-stop, sans relais, se font sentir maintenant que la ligne est passée !!

    De l'entrée jusqu'au quai le parcours est grandiose: des gens allument des feux éclairants rouges sur les rives, d'autres tirent des fusées de détresse, sur les bateaux au mouillage que nous longeons, les gens nous applaudissent, actionnent les cornes de brume, une flottille d'annexes nous suit, sur l'une je vois Linda en ciré, les cheveux collés par la pluie. Le quai que nous devons atteindre est noir de monde, éclairé par des tirs de fusées, fumigènes et feux à mains rouges, des flashs d'appareils photos......on accoste, on n'a rien préparé pour l'amarrage, pas une ficelle pour s'attacher au trottoir !!! On est sous les flashs, il bruine, on voit les QBE boys faire péter une bouteille de champ' et nous arroser façon grand prix de F1, on lève les bras, on est groggy mais superbement heureux, on se tient par les épaules, un serveur nous amène deux verres sur un plateau, on trinque. On n'a toujours pas mis les pieds sur le quai, pas le temps de boire, les enfants de Benoit descendent dans le bateau pour l'embrasser, je monte sur le quai, je titube après 63 jours où on n'a quasiment jamais tenu la position debout (sauf pour pisser, j'ai la photo ! NdW). Dans la foule je reconnais Papa, juste devant moi, on s'étreint, je suis très ému, lui aussi. Puis Linda arrive en se faisant un chemin dans la foule, poussée devant elle par Maman, les étreintes sont fortes, on est trempés, heureux, on ne peut pas se parler, on pleure.....puis on rit, puis on s'embrasse encore. La suite n'est qu'un tournis, je serre des mains connues et inconnues, le quai est éclairé par des lumières blanches et rouges violentes, j'aperçois dans la foule les QBE boys, j'appelle Benoît, on s'étreint, on se félicite mutuellement, on se raconte vite fait nos derniers jours, ils ont beaucoup maigri et ont beaucoup changé physiquement, j'embrasse la famille de Benoît et je remercie beaucoup Jean-Yves son père qui s'est énormément investi sur notre projet, je lui dis qu'on est fier d'avoir fait une aussi belle performance pour le remercier, puis je me retrouve avec un téléphone dans les mains pour un direct au journal de RFO, Eric me pose les questions, je ne parle que de mes émotions, je ne peux pas finir mes phrases......

  • (10/03/10) MAIL RECU DU CATAMARAN D'ISLE EN ISLE:
    Bonjour, le mardi 2 mars, au lever du soleil, nous avons eu le plaisir de rencontrer KARUKERA par 16D22N/W057D05. Ils étaient alors à quelques jours de leur arrivée a Antigua, avec une belle place de troisièmes. Je suis furieux contre mon serveur de courriel Iridium qui a refusé de transmettre des photos que nous avions alors prises. Les voici:

  • Nous étions le seul voilier qu'ils aient rencontré depuis 58 jours, ce qui semble étonnant sur une route aussi fréquentée. C'est leur AIS qui nous a permis de les localiser. Nous faisions plus ou moins route de rencontre mais sans l'AIS nous aurions pu ne pas les voir tant leur embarcation est discrète. Félicitations aux valeureux rameurs, qui doivent apprécier leur retour à des activités plus "terre-à-terre". Martine & Serge

     

  • (06/03/10) DERNIER MAIL ! à 65 milles de l'arrivée très exactement.......une fois de plus (la dernière ?), nous sommes à l'arrêt sous ancre flottante, le vent de SE contre lequel nous luttions pied à pied depuis plusieurs jours afin de ne pas dériver trop au nord d 'Antigua vient de tourner SSW.......en plein dans le nez, encore......incroyable ce que nous réserve comme mauvaise surprise la météo cette année: des vents de SSW à cet endroit !!!! les derniers jours ont été ultra durs, les plus durs depuis le départ physiquement peut-être, et on vous doit une explication technique. Notre bateau est un vieux bateau, ancienne génération, en bois, et surtout non équipé d'une dérive à l'avant comme le sont tous nos adversaires dans les 5 premières places au classement. résultat notre bateau pèse non seulement 2 à 300 kilos de plus que les autres, ce qui n'est pas négligeable comme handicap, mais surtout nous dérivons énormément par vent de travers. ce qui explique le cap et la vitese tenus par QBE sur la fin, techniquement impossible pour nous à réaliser. Nous sommes donc d'autant plus fiers d'être là où nous sommes compte tenu de cela, mais en ce moment nous aurions bien aimé posséder cette dérive à l'avant du bateau, qui aurait fait que nous serions déjà à bon port à profiter de tout ce qui nous attend, et de ceux qui nous attendent, et non à subir encore la météo, à vue ou presque de l'arrivée. Il est même possible que cette nuit nous voyions les lumières d'Antigua.....

    on attend donc que le vent tourne, ou faiblisse, ce qui est annoncé, pour repartir, on se repose (mal) dans la cabine qui, sous ancre flottante et dans 20 noeuds de vent, reprend à chaque fois son nom de "lessiveuse", et on espère arriver le plus vite possible, dimanche soir, lundi, mardi.....on ne sait pas, tellement celà dépendra du vent la nuit prochaine. depuis plusieurs jours, nous avions forcé le destin à coups de rame, vent et mer de travers, en ramant souvent à deux, les pires conditions pour naviguer à la rame, et nous sommes donc un peu......fatigués......

    ce matin par contre, au réveil, le vent n'avait pas amorcé sa dernière rotation vers le SSW, nous avions donc une pêche d'enfer puisque nous faisions (très difficilement) le cap vers l'arrivée......nous y étions déjà, une douce euphorie nous aidait à ne pas sentir la fatigue.......soudain: appel VHF pour "Benoit et François". Je dormais dans
    la cabine, réveil en sursaut, réponse, c'était François N., un copain venu en bateau depuis PàP, nous accueillir à plus de 80 milles de l'arrivée !!!! il a fait route sur nous dès que nous lui avons donné notre position, et il nous a rejoint au bout d'une heure.........retrouvailles en mer extraordinaires pour nous, et signe supplémentaire que nous arrivions bientôt (d'où la douche froide actuelle sous ancre flottante). François doit être au boulot lundi matin et ne peut pas rester trop longtemps, c'est pour cela qu'il a tenu à venir nous attendre si loin, et deux heures après
    il repart après qu'on ait discuté bord à bord, génial !

    voilà, on espère que ce mail est le dernier mail envoyé depuis le large, d'autres suivront depuis la terre ferme pour vous raconter l'arrivée, car nous avons décidé, si la météo nous le permet, de mettre un énorme dernier coup de collier pour franchir ces 65 derniers milles, naviguant à deux et quasiment sans temps de repos (nous dormirons à l'arrivée, dans un bon lit!!!!). Nous n'aurons donc pas le temps d'ouvrir l'ordinateur.......à bientôt donc depuis Antigua !!!!! on y croit !!!

  • (02/03/10) quelques jours sans nouvelles, mais navigation difficile ces derniers jours: nous naviguons dans des vents de SSE, donc mer et vent de travers, la pire des conditions de rame, donc pas facile de vous écrire...... nous luttons ainsi en prévision de vents de S forts annoncés pour cette semaine, donc conditions de navigation difficiles jusqu'à l'arrivée. C'est pour celà qu'on fait une route sud actuellement, pour être surs de ne pas dériver trop au nord d'Antigua et de passer la ligne à coup sûr. nous songeons à cette arrivée en permanence, nous en parlons toute la journée, et nous avons hate d'y être, car........nous sommes cuits et recuits, fatigués, surtout moi, par tous les efforts fournis lors des 1500 derniers milles, qui auront été les plus durs, et ce n'est pas fini......encore 200 et quelques milles à gagner à la force des rames. autant vous dire qu'on siffle d'admiration lorsqu'on lit au classement les performances de QBE, qu'on est incapable désormais de suivre, tant les forces nous manquent et tant nous avons besoin de sommeil en permanence. Eux sont encore capables de fournir de tels efforts, chapeau bas, nous on ne peut plus. alors l'objectif est de finir, finir, finir, et comme celà sera à priori à la deuxième place, tout ce qui nous reste d'énergie est utilisé dans ce but. prévisions d'arrivée enfin me direz vous ????? ben.....pas avant dimanche. On attend les fameux vents forts annoncés pour demain avant de faire un

    nouveau pronostic.....plus précis, disons RV vendredi matin pour celà.
    on rêve de plein de choses pour l'arrivée, et les supportrices veulent nous
    préparer à ce qu'on a compris des friandises à manger. On est des gars
    simples nous, car Benoit rêve d'un plat énorme de légumes frais, crudités,
    oeufs mimosas, et moi d'une énorme salade de fruits tropicaux, et de rien
    d'autre de compliqué, vous cassez pas la tête les filles !!!!!

    ce matin réveil très sympa, j'étais aux avirons, peu avant le lever du
    soleil, lorsque j'ai vu sortir de la nuit un voilier qui venait droit sur
    nous. Appel VHF, des Français !!!!!! qui en plus étaient avec nous à la
    Gomera à attendre en décembre que les vents d'W s'inversent. Photos, deux
    tours autour de notre bateau, un brin de causette, super !!! ils devraient
    envoyer à Hugues le webmaster une photo de nous......
    à bientôt à Antigua, signé les musclés bien fatigués.



 

pour Haïti chérie


fos-la pou sé ti-moun la ...

les derniers Potins...

Des nouvelles photos et vidéos un peu partout...

T-shirt TTR2009

Collector ! 15€ franco Taille M

Affiche le nombre de clics des articles : 1499602

Sponsors


 

météo GLP

GPS

Pour plus de détails et profiter pleinement de ce "GPS", clickez sur puis sur la page qui apparaît, confirmez et en dessous de la planisphère, sélectionnez le rectangle tout gris puis double-cliquez sur la carte...BIG BROTHER ?

i-Pod Karukera

Amitiés

 
 

s'abonner au flux TTR2009

Navigateur Firefox ou Opera à jour & résolution mini de votre écran : 1024 x WebFoo