Index de l'article
Messages écrits reçus de l'Océan
suite
suite
suite
suite
Toutes les pages
  • (08/03/2010) Le RECIT de la DERNIERE JOURNEE en MER et l'ARRIVEE :
  • la dernière nuit, un ultime front dépressionnaire nous bloquait l'accès à Antigua, et Luc nous avait prévenu que derrière ce front, le vent tournerait au NE, en notre faveur, en milieu de nuit, pour nous permettre d'atteindre enfin l'arrivée. Cette dernière nuit nous avons alternativement navigué dans des vents tourbillonnants, de la pétole, sous une pluie battante, suivis par deux voiliers amis venus nous accueillir (merci Fabrice, Joël, Loys). A 3 heures du matin, le vent s'établit plein N, fort (30 nœuds), et nous oblige à nous arrêter encore sous ancre flottante. Nous savons que le vent doit encore tourner plus E et nous nous couchons pour la dernière fois dans la cabine trempée, sous une pluie fine, en attendant cette rotation du vent. A 5 heures, le froid nous réveille, on se lève, la lecture du compas nous indique que le vent a tourné comme prévu, et que la route vers Antigua s'ouvre enfin pour nous !!!!
    Nous sommes seuls sur l'eau, nos 2 bateaux "pilotes" ont dû rentrer se mettre à l'abri à Antigua. Nous préparons 5 litres de boisson, une boite de barres énergétiques, remontons une dernière fois l'ancre flottante au bout de ses 50 m de cordage et nous mettons le cap sur Antigua, bien décidés à ramer à deux, non-stop, jusqu'à la ligne d'arrivée. Nous sentons bien que c'est aujourd'hui ou jamais qu'on doit finir cette traversée, que c'est écrit, d'autant que Luc nous a annoncé que les vents souffleront de secteur E pendant une très courte période: il faut vraiment profiter de ce court créneau, dussions-nous ramer pendant 24 heures non-stop.

    Toute la matinée nous ramons sur un rythme élevé mais régulier, le vent est fort, la mer de travers, nous sommes régulièrement arrosés et secoués par des vagues, le ciel est bas, il pleut de temps en temps, la visibilité est mauvaise et en nous retournant nous ne voyons toujours pas Antigua, mais nous ramons sans cesse, changeant de poste de rame entre celui de l'avant et de l'arrière toutes les heures, nous nourrissant de barres énergétiques. Nous ne ferons qu'un petit stop pour nous préparer un dernier repas chaud déshydraté, au moment où les côtes d'Antigua nous apparaissent dans la brume. On se prend en photos avec cette terre en toile de fond, on sait maintenant qu'on va arriver ce soir, c'est sûr, notre moyenne depuis ce matin est très élevée, nous ne sentons ni la fatigue, ni les douleurs (mains, fesses, pieds) qui nous gênent depuis des jours, l'adrénaline est le meilleur des dopants et des stimulants. Le temps passe très vite, les heures défilent sur le GPS, 7h de rame, 8h, 9 h....... J'appelle Linda et le père de Benoît avec le téléphone satellite pour les prévenir qu'on compte passer la ligne vers 19 heures locales. Ils sont déjà sur des bateaux et viennent à notre rencontre: on est encore plus motivés, s'il le fallait, pour tenir ce rythme de rame élevé qui nous fait réaliser notre meilleure vitesse moyenne sur 12h depuis le départ des Canaries !

    A l'approche d'Antigua nous croisons deux voiliers qui ne nous voient pas dans le mauvais temps, nous les appelons par VHF et ils font demi-tour pour revenir vers nous. Ce sont la famille de Benoît et l'équipage de Djo. Les premiers sont plutôt calmes et Benoît échange force signes avec eux, les seconds sont surexcités, nous suivant de près afin de nous faire bénéficier de leur sono qui débite à fond "We are the champions" et "I will survive". Ça nous fait sourire mais nous sommes encore concentrés sur notre bateau et surtout nous voulons profiter entre nous des derniers instants d'une si belle aventure. Sur le GPS nous avons affiché la fonction "distance au but" et nous regardons diminuer les chiffres, de plus en plus vite, car nous ramons exactement dans l'axe des vagues dans les derniers milles. Nous avons hâte de passer la ligne, mais nous savons aussi que c'est fini, nous sommes très émus, nous ne parlons presque pas, de plus en plus de bateaux nous escortent. Dans le noir maintenant nous reconnaissons les voix de Linda et des copains sur un catamaran, celle d'Eric de RFO qui nous filme depuis le bateau officiel et reconnaissons Simon l'organisateur, et aussi Philippe venu seul de Pointe-à-Pitre sur son catamaran, et la vedette à moteur avec toute la bande dite des "kinés"...

  • Nous passons la ligne dans le noir complet, sous l'éclairage des caméras, après 14h de rame à deux, Benoît qui rame devant moi à ce moment là se retourne et me dit "François c'est fini, on l'a fait", nous avons les larmes aux yeux en nous serrant les poings, on a fait un super truc, on se dit merci, c'est un instant fugace mais très fort. Le bateau organisateur nous propose de nous remorquer jusqu'au port mais nous tenons à y aller à la rame. Là on commence à rigoler et plaisanter avec les copains sur les bateaux suiveurs, je chante à tue-tête, faux bien sûr, tout le monde nous hèle dans le noir depuis les bateaux. Il nous faut 30 mn de rame pour arriver à l'entrée d'English Harbour et nous commençons à ressentir la fatigue, mal aux jambes, aux bras, nos 14 h de rame non-stop, sans relais, se font sentir maintenant que la ligne est passée !!

    De l'entrée jusqu'au quai le parcours est grandiose: des gens allument des feux éclairants rouges sur les rives, d'autres tirent des fusées de détresse, sur les bateaux au mouillage que nous longeons, les gens nous applaudissent, actionnent les cornes de brume, une flottille d'annexes nous suit, sur l'une je vois Linda en ciré, les cheveux collés par la pluie. Le quai que nous devons atteindre est noir de monde, éclairé par des tirs de fusées, fumigènes et feux à mains rouges, des flashs d'appareils photos......on accoste, on n'a rien préparé pour l'amarrage, pas une ficelle pour s'attacher au trottoir !!! On est sous les flashs, il bruine, on voit les QBE boys faire péter une bouteille de champ' et nous arroser façon grand prix de F1, on lève les bras, on est groggy mais superbement heureux, on se tient par les épaules, un serveur nous amène deux verres sur un plateau, on trinque. On n'a toujours pas mis les pieds sur le quai, pas le temps de boire, les enfants de Benoit descendent dans le bateau pour l'embrasser, je monte sur le quai, je titube après 63 jours où on n'a quasiment jamais tenu la position debout (sauf pour pisser, j'ai la photo ! NdW). Dans la foule je reconnais Papa, juste devant moi, on s'étreint, je suis très ému, lui aussi. Puis Linda arrive en se faisant un chemin dans la foule, poussée devant elle par Maman, les étreintes sont fortes, on est trempés, heureux, on ne peut pas se parler, on pleure.....puis on rit, puis on s'embrasse encore. La suite n'est qu'un tournis, je serre des mains connues et inconnues, le quai est éclairé par des lumières blanches et rouges violentes, j'aperçois dans la foule les QBE boys, j'appelle Benoît, on s'étreint, on se félicite mutuellement, on se raconte vite fait nos derniers jours, ils ont beaucoup maigri et ont beaucoup changé physiquement, j'embrasse la famille de Benoît et je remercie beaucoup Jean-Yves son père qui s'est énormément investi sur notre projet, je lui dis qu'on est fier d'avoir fait une aussi belle performance pour le remercier, puis je me retrouve avec un téléphone dans les mains pour un direct au journal de RFO, Eric me pose les questions, je ne parle que de mes émotions, je ne peux pas finir mes phrases......

  • (10/03/10) MAIL RECU DU CATAMARAN D'ISLE EN ISLE:
    Bonjour, le mardi 2 mars, au lever du soleil, nous avons eu le plaisir de rencontrer KARUKERA par 16D22N/W057D05. Ils étaient alors à quelques jours de leur arrivée a Antigua, avec une belle place de troisièmes. Je suis furieux contre mon serveur de courriel Iridium qui a refusé de transmettre des photos que nous avions alors prises. Les voici:

  • Nous étions le seul voilier qu'ils aient rencontré depuis 58 jours, ce qui semble étonnant sur une route aussi fréquentée. C'est leur AIS qui nous a permis de les localiser. Nous faisions plus ou moins route de rencontre mais sans l'AIS nous aurions pu ne pas les voir tant leur embarcation est discrète. Félicitations aux valeureux rameurs, qui doivent apprécier leur retour à des activités plus "terre-à-terre". Martine & Serge

     

  • (06/03/10) DERNIER MAIL ! à 65 milles de l'arrivée très exactement.......une fois de plus (la dernière ?), nous sommes à l'arrêt sous ancre flottante, le vent de SE contre lequel nous luttions pied à pied depuis plusieurs jours afin de ne pas dériver trop au nord d 'Antigua vient de tourner SSW.......en plein dans le nez, encore......incroyable ce que nous réserve comme mauvaise surprise la météo cette année: des vents de SSW à cet endroit !!!! les derniers jours ont été ultra durs, les plus durs depuis le départ physiquement peut-être, et on vous doit une explication technique. Notre bateau est un vieux bateau, ancienne génération, en bois, et surtout non équipé d'une dérive à l'avant comme le sont tous nos adversaires dans les 5 premières places au classement. résultat notre bateau pèse non seulement 2 à 300 kilos de plus que les autres, ce qui n'est pas négligeable comme handicap, mais surtout nous dérivons énormément par vent de travers. ce qui explique le cap et la vitese tenus par QBE sur la fin, techniquement impossible pour nous à réaliser. Nous sommes donc d'autant plus fiers d'être là où nous sommes compte tenu de cela, mais en ce moment nous aurions bien aimé posséder cette dérive à l'avant du bateau, qui aurait fait que nous serions déjà à bon port à profiter de tout ce qui nous attend, et de ceux qui nous attendent, et non à subir encore la météo, à vue ou presque de l'arrivée. Il est même possible que cette nuit nous voyions les lumières d'Antigua.....

    on attend donc que le vent tourne, ou faiblisse, ce qui est annoncé, pour repartir, on se repose (mal) dans la cabine qui, sous ancre flottante et dans 20 noeuds de vent, reprend à chaque fois son nom de "lessiveuse", et on espère arriver le plus vite possible, dimanche soir, lundi, mardi.....on ne sait pas, tellement celà dépendra du vent la nuit prochaine. depuis plusieurs jours, nous avions forcé le destin à coups de rame, vent et mer de travers, en ramant souvent à deux, les pires conditions pour naviguer à la rame, et nous sommes donc un peu......fatigués......

    ce matin par contre, au réveil, le vent n'avait pas amorcé sa dernière rotation vers le SSW, nous avions donc une pêche d'enfer puisque nous faisions (très difficilement) le cap vers l'arrivée......nous y étions déjà, une douce euphorie nous aidait à ne pas sentir la fatigue.......soudain: appel VHF pour "Benoit et François". Je dormais dans
    la cabine, réveil en sursaut, réponse, c'était François N., un copain venu en bateau depuis PàP, nous accueillir à plus de 80 milles de l'arrivée !!!! il a fait route sur nous dès que nous lui avons donné notre position, et il nous a rejoint au bout d'une heure.........retrouvailles en mer extraordinaires pour nous, et signe supplémentaire que nous arrivions bientôt (d'où la douche froide actuelle sous ancre flottante). François doit être au boulot lundi matin et ne peut pas rester trop longtemps, c'est pour cela qu'il a tenu à venir nous attendre si loin, et deux heures après
    il repart après qu'on ait discuté bord à bord, génial !

    voilà, on espère que ce mail est le dernier mail envoyé depuis le large, d'autres suivront depuis la terre ferme pour vous raconter l'arrivée, car nous avons décidé, si la météo nous le permet, de mettre un énorme dernier coup de collier pour franchir ces 65 derniers milles, naviguant à deux et quasiment sans temps de repos (nous dormirons à l'arrivée, dans un bon lit!!!!). Nous n'aurons donc pas le temps d'ouvrir l'ordinateur.......à bientôt donc depuis Antigua !!!!! on y croit !!!

  • (02/03/10) quelques jours sans nouvelles, mais navigation difficile ces derniers jours: nous naviguons dans des vents de SSE, donc mer et vent de travers, la pire des conditions de rame, donc pas facile de vous écrire...... nous luttons ainsi en prévision de vents de S forts annoncés pour cette semaine, donc conditions de navigation difficiles jusqu'à l'arrivée. C'est pour celà qu'on fait une route sud actuellement, pour être surs de ne pas dériver trop au nord d'Antigua et de passer la ligne à coup sûr. nous songeons à cette arrivée en permanence, nous en parlons toute la journée, et nous avons hate d'y être, car........nous sommes cuits et recuits, fatigués, surtout moi, par tous les efforts fournis lors des 1500 derniers milles, qui auront été les plus durs, et ce n'est pas fini......encore 200 et quelques milles à gagner à la force des rames. autant vous dire qu'on siffle d'admiration lorsqu'on lit au classement les performances de QBE, qu'on est incapable désormais de suivre, tant les forces nous manquent et tant nous avons besoin de sommeil en permanence. Eux sont encore capables de fournir de tels efforts, chapeau bas, nous on ne peut plus. alors l'objectif est de finir, finir, finir, et comme celà sera à priori à la deuxième place, tout ce qui nous reste d'énergie est utilisé dans ce but. prévisions d'arrivée enfin me direz vous ????? ben.....pas avant dimanche. On attend les fameux vents forts annoncés pour demain avant de faire un

    nouveau pronostic.....plus précis, disons RV vendredi matin pour celà.
    on rêve de plein de choses pour l'arrivée, et les supportrices veulent nous
    préparer à ce qu'on a compris des friandises à manger. On est des gars
    simples nous, car Benoit rêve d'un plat énorme de légumes frais, crudités,
    oeufs mimosas, et moi d'une énorme salade de fruits tropicaux, et de rien
    d'autre de compliqué, vous cassez pas la tête les filles !!!!!

    ce matin réveil très sympa, j'étais aux avirons, peu avant le lever du
    soleil, lorsque j'ai vu sortir de la nuit un voilier qui venait droit sur
    nous. Appel VHF, des Français !!!!!! qui en plus étaient avec nous à la
    Gomera à attendre en décembre que les vents d'W s'inversent. Photos, deux
    tours autour de notre bateau, un brin de causette, super !!! ils devraient
    envoyer à Hugues le webmaster une photo de nous......
    à bientôt à Antigua, signé les musclés bien fatigués.


  • (26/02/10) encore sous ancre flottante, après une matinée à ramer face au vent (faible) d'W, mais alors plein W.......venant pile poil de la direction qu'on doit prendre pour atteindre Antigua. En luttant contre ce vent d'W, je me faisais la réflexion que de mémoire de marin, jamais à cette époque de l'année, ni à cet endroit, on n'avait vu des vents d'W, que c'était peut-être la première fois que l'on observait cela......normalement les alizés sont établis, plein E, plus ou moins forts d'accord, mais E, c'est réglé comme du papier à musique, même que les Anglais appellent les alizés les "trade winds", les vents du commerce, car ils poussaient leurs navires avec autant de régularité et de garanties que le meilleur placement boursier......... ben .......pas en 2010 donc !!!!! ce matin donc, on a réussi, en luttant contre le vent et le clapot à gagner 17 milles vers l'W, mais au milieu de l'après-midi on a dû arrêter de ramer, car on faisait du surplace. Pour avancer vent contraire, notre technique est la suivante: on rame à deux, pendant deux heures, on s'arrête sous ancre flottante pendant une heure, Benoit prépare à manger pendant que je dors, on mange, on repart pour deux heures. Du coup cet après-midi, c'est Benoit qui occupe la couchette pour récupérer, il respire un peu fort d'ailleurs lorsqu'il dort sur le dos......

    on va rester vigilants cette nuit, prêts à repartir face au vent, car il
    faiblit naturellement la nuit, et petit à petit se rapprocher du but, en
    attendant des jours, ou plutôt des vents meilleurs.
    on est en bonne forme physique puisque on est au repos forcé une partie de
    la journée, qu'on a retrouvé il y a une semaine, dans un coffre sous la
    couchette 4 gros sacs de nourriture qu'on n'avait pas comptés, donc on
    mange copieusement pour ne pas arriver trop maigres, bien qu'on ait déjà
    maigri. Notamment on a perdu des muscles des jambes, mais aussi et c'est
    plus surprenant, on a perdu du muscle dans le haut du corps (épaules, dos,
    bras). ce n'est pourtant pas faute de faire de la musculation en ce moment
    !!!! On accusera donc des kilos en moins sur la balance à l'arrivée.

    la semaine dernière, avant ce nouvel épisode de météo défavorable, on
    comptait les jours qui nous séparaient de notre arrivée estimée, et
    celle-ci était notre sujet de discussion principal: que va-t-on faire le
    soir de l'arrivée, combien de temps va-t-on rester à Antigua, comment
    va-t-on s'organiser pour le bateau (qui sera sans doute rapatrié en GB
    depuis Antigua, afin d'y être revendu), etc, etc..... maintenant qu'on n'a
    quasiment pas bougé depuis 3 jours, on en parle beaucoup moins. On prend ce
    contretemps, je n'ose pas écrire cet ultime contretemps, avec flegme,
    Sûrement que quelques heures de vents plus favorables nous feront de
    nouveau tirer des plans sur la comète.

  • (25/02/10) Dernière difficulté ???? espérons le vraiment. après avoir beaucoup lutté contre les éléments au lieu d'être aidés par eux, c'est à dire au lieu de glisser dans les vents alizés vers l'W, nous voilà encore une fois à l'arrêt, sous ancre flottante, à moins de 500 milles du but, alors que l'on pensait avoir mérité de finir "en descente"....... depuis hier les vents sont passés plein S puis SSW cette nuit, assez forts pour nous faire dériver vers le N. Or, dans les prévisions à long terme, aucun vents d'E à NE ne nous permettrait de "redescendre " vers ANtigua au cas où nous nous retrouverions trop au N de l'ile. donc interdiction formelle de remonter au dessus du 17° parallèle, au risque de ne pas pouvoir passer la ligne !!!!! Heureusement, Luc nous avait fait anticiper ces vents de S, et nous avons un tout petit matelas de sécurité de 15 milles environ. C'est mieux que nos adversaires. Hier nous avons réussi, au prix de gros efforts, à naviguer quand même plein W avant que le vent ne passe trop SW, et nous avons encore pris du terrain sur QBE, qui lui se trouvait bloqué au N et ne pouvait rien faire d'autre que de rester sous ancre flottante. Nous avons donc navigué à deux, en périodes de 2 h, alternées avec 1h de repos, mer et vent de travers, ramant complètement en torsion du buste, brinqueballés sur les sièges, essayant de ne pas en tomber, dans une ambiance humide (vagues de travers). Heureusement qu'il fait beau et chaud....... mais ce fut une grosse dépense d'énergie. cette nuit nous pensions continuer, mais le vent ayant donc tourné plus W, nous en avons profité pour dormir d'un sommeil vraiment très lourd tant nous étions fatigués......Mais le résultat de la journée d'hier fut excellent: 20 milles de gagnés dans l'W sans en ne perdre quasiment vers le N !!! ce matin nous avons encore essayé de progresser vers l'W, mais nous avons dû nous arrêter en constatant que nous dérivions vraiment trop N.....donc l'attente recommence sous ancre flottante, jusqu'à ce que les vents tournent ou faiblissent, et autant vous dire que les prévisions d'arrivée pour la fin de semaine prochaine sont caduques !!!!! nous pourrons pê faire une nouvelle prévision d'arrivée lundi soir, mais pas avant.....Pas d'alizés du tout en 2010, c'est vraiment une situation inhabituelle, donc on s'est préparés mentalement à devoir gagner milles par milles vers le but, jusqu'au franchissement de la ligne. cette année, la mer ne nous donne rien, ou presque, nous devons aller gagner tous les milles à la force des rames. le but est avant tout de passer la ligne.....ensuite le classement suivra. de toute façon ça devrait être à une bonne place. Mais tout va se jouer sur ces 500 derniers milles. QBE a un avantage sur la distance au but, et nous sur la position plus sud. C'est à la fin de la foire qu'on comptera les bouses !!!!!!

    Sur cette conclusion d'une rare élégance, on vous laisse. On n'a pas eu le temps de manger suffisamment hier pour cause de conditions de navigation très musclées, donc on va se rattraper aujourd'hui, à l'arrêt: double portion de chili con carne pour moi, double bœuf à la hongroise pour Benoit. Heureusement que nous avions fait un excellent choix sur la marque et la qualité de nos plats déshydratés. on fait passer l'attente comme on peut !

  • (23/02/10) Il y a 10 min, nous discutions avec Benoit, lui en train de ramer, moi de finir un plat de pates double portion avant d'attaquer un pot de Nutella (pas de pub! NdW), du contenu du message que nous voulions envoyer sur le site........pas trop d'idées originales, donc on allait faire 5 lignes histoire de vous dire que tout va bien, et qu'on vise une arrivée le vendredi 5 mars. Ça, pour de l'info, c'est déjà une info !!!!!!....lorsque vers 20H35 TU, on a vu apparaitre une énorme tache blanche exactement sous le bateau. dans les secondes qui ont suivi, 2 orques, puis 3, puis 4 sont sortis respirer à 10 m devant le bateau, pendant que d'autres ailerons, dont l'un vraiment énorme qui sortait de l'eau de plus d'un mètre, faisaient surface juste à coté de nous, à moins de 10 m encore pour certains. Impressionnant, on en avait des frissons......on les a très bien vus, leur dos parsemé de taches blanches, leur ventre et leur tête blancs....ils ont continué leur route en se décalant un peu et on a encore vu leurs ailerons pendant 5 bonnes minutes. L'un d'eux avait l'air énorme, alors que ceux qui sont passés sous le bateau devaient être des jeunes, plus petits. Ce fut un moment magique, d'autant que le soleil était au couchant, la lumière magnifique. pas possible hélas de faire des photos, ils étaient en plein dans le soleil, et puis tout s'est passé en 5 min, pas le temps de "plonger" dans la cabine, de trouver l'appareil.....

    on a aussi une autre histoire de bébêtes marines à vous raconter: des petits poissons rayés bleus et noirs nous suivent, à l'abri du safran, depuis des semaines. on les voit parfois qui s'aventurent dans les remous des avirons. Lorsque on a caréné, ils nageaient près de nous pour manger les anatifes que nous décollions de la coque, pas craintifs du tout. depuis 4 jours, cela a aiguisé l'appétit d'un énorme espadon, d'au moins 4 mètres qui vient tous les jours roder à l'arrière du bateau. Sa nageoire caudale dépasse de l'eau de plus de 50 cm, ce doit être un vieux mâle solitaire !!!! Depuis ses visites quotidiennes, il ne reste qu'un seul petit poisson...... fait pas bon être mal placé dans la chaine alimentaire......(NdW: François doit être fatigué, car en tant qu'aquariophile marin chevronné il aurait du reconnaître un Elacatinus sp.).

  • (20/02/10) Le maitre mot depuis le départ,celui qui revient le plus souvent dans nos conversations, c'est DORMIR DORMIR DORMIR. Il est encore plus d'actualité maintenant que les efforts s'accumulent depuis le départ, qu'on rame depuis plusieurs jours dans des vents très faibles (ce qui implique bcp plus d'efforts pour faire avancer le bateau, lequel pèse le plomb dans cette situation), que la chaleur est très forte........bref souvent vous nous demandez si on fait ceci ou celà, par exemple Hugues le webmaster nous demande si on peut accéder au forum: la réponse est NON NON NON, car la moindre minute gagnée sur le temps consacré à manger, ou à bricoler un peu sur le bateau, est consacrée impérativement à DORMIR DORMIR DORMIR. Je ne sais pas si vous pouvez réaliser celà, on tombe de sommeil en permanence, et un quart de repos où l'on ne s'est pas allongé, ne serait-ce que 10 mn parfois, est payé cash au quart de rame suivant: on le finit à l'énergie avant de plonger dans la couchette. le fait de ramer jour et nuit est ultra exigeant pour les organismes, mais paradoxalement, maintenant que nous sommes dans des latitudes chaudes, c'est la nuit que ramer est le plus agréable: torse nu, sans transpirer, et le vent frais nous rafraichissant. sur ce, je vais avaler en 3 mn mon plat de bolognaises réhydratées, et je vais aller dormir. à vous écrire j'ai perdu 15 mn de sommeil, mais tout le plaisir fut pour moi !!!!!!
  • (18/02/10) Bonjour Hugues, Merci encore pour tout ce que tu fais pour rendre le site dynamique. Amicalement, Benoît. (je rougis...NdW) et pour le prouver, un message audio depuis Karukera grâce au webmaster !!!
  • (17/02/10) File de gauche toujours, klaxon deux tons bloqué pour que les cargos s'écartent (on est en course non ? priorité !!!!), y'en a qui se font un peu tirer l'oreille pour se rabattre à droite, alors on leur colle au c.. en faisant des appels de phare, bref ça déboule bien au sud, encore une deuxième journée de rang à 70 milles, et aujourd'hui pour la première fois depuis des lustres le vent vient de basculer pour s'orienter vraiment pile poil au cap demandé, à 20-25 noeuds, le bonheur total. on vous le dit: on est heureux d'être là, et de naviguer dans ces conditions....

  • (16/02/10) On a déboité, file de gauche, plein phares, clignotant bloqué, pour doubler les Anglais à l'européenne, du bon coté, et non par la droite comme chez eux..... tout va bien à bord, on voit diminuer à vue d'oeil maintenant la distance au but, et hier 15/02 on a battu notre record, avec une journée de retard sur ce qu'on avait prévu, soit 71 milles réalisés sur le fond en 24H lors de notre descente en dessous du 18° parallèle. on peut vous dire que faut pas chômer pour faire ça !!! merci pour tous les messages reçus pour mon anniversaire, 28 ans dans ces conditions là, je ne l'oublierai pas. Quant à l'appel à nous soutenir via ces messages sur le site, ne croyez pas que nous soyons cabotins......c'est vraiment le meilleur moment de la journée que de lire les messages que nous recevons et les noms de ceux qui les envoient. Dans les coups de fatigue, on pense à vous tous, à notre mission qui est de ne pas vous décevoir, et on y trouve une force supplémentaire, vraiment, ce ne sont pas des paroles en l'air.

  • (14/02/10) Salut les terriens. on a parfaitement bien récupéré des deux gros coups de fatigue de la semaine, qui ont eu une influence néfaste mais passagère seulement sur notre moral. On a dormi²²²²², on s'est lavés-rasés (ça faisait une semaine, et là vous vous dites: "la vache, comme il doivent sm....les gars"), le bateau est caréné, on a ramé comme des fous hier face à un petit vent de pétole, le vent d'E est rentré cette nuit, on a un super courant favorable,on fonce, on est tous les deux en super forme physique, tous bobos guéris, on y croit. continuez à nous encourager, reste plus que 1000 milles.

    PS: aujourd'hui, les conditions sont réunies pour une tentative de record
    sur 24 h, objectif + de 70 milles sur le fond (ce qui ne voudra pas dire
    en distance au but, car nous mettons encore du sud dans notre ouest). on
    vous tient au courant.

    prix du supporter auquel on a le plus pensé: Manou
    prix du meilleur clip vidéo: les cm2 de HG !!!!!
    prix du meilleur supporter Paris et petite ceinture: FX
    prix de la meilleure supportrice drôle: Isa
    et le jury réfléchit à un prix spécial à attribuer, plus coté que la palme d'or à Cannes, aux supporters qui parviendraient à surpasser un nouveau venu, lequel s'est fait attendre, mais qui a mis la barre très haut sur le site off, dès son premier essai (par sa faute, on a des crampes aux abdos)

  • (13/02/10) News par Jean-Yves le père de Benoît: "Ils sont encore une fois sous ancre flottante et auront donc une arrivée encore retardée. Cette année, pas d'alizé, même en Guadeloupe, le vent est sud, alors leur décision est
    prise, ils  descendent plein sud, quitte à perdre encore 50 miles sur QBE et quelques places au classement, jusqu'au 17ième nord c'est à dire plus sud qu'Antigua car plusieurs autres fronts sont annoncés dans les jours à venir.
    Ils ont également fait le point nourriture, et tout est OK sans se priver jusqu'à l'arrivée. Ils sont rassurés. Quant au bateau:
    -les roulettes s'usent vite, ils en ont déjà changé 4 sur un siège, il faudra
    faire l'autre dans 2 jours.
    -les rails tiennent le coup
    -Ils  mettent en permanence les panneaux solaires mobiles et n'ont n'a pas de
    problème de charge.
    -Par contre ils ont en permanence des problèmes de connexion iridium + ordi, mais ils savent que c'est
    lié à l'humidité, alors ils nettoient au papier de verre très fin.
    Ils remercient tous ceux qui les encouragent et ne donneront pas de nouvelles avant mardi.

  • (12/02/10) Pas trop la tête à faire de l'humour aujourd'hui. grosse claque en recevant le classement sur les dernières 24H. Bis repetita, comme il y a 5 jours, tous les autres bateaux, plus au sud que nous ont eu du vent d'est, et nous on est là, comme des cons, à l'arrêt sous ancre flottante, vent d'Ouest en pleine face.......et une fois de plus ça c'est joué à qques milles, QBE plus au sud que nous de 10 milles ayant des conditions plus favorables. Sans parler des autres de derrière qui reviennent comme des balles avec du vent fort......
    on ne sait pas si vous vous représentez bien ce qu'il nous a fallu produire d'efforts depuis 48 h pour essayer de descendre sud coûte que coûte, puis pour essayer de ne pas reculer trop: on a ramé à deux toute la journée et une bonne partie de la nuit, jusqu'à ce que le vent contraire trop fort nous oblige finalement à nous arrêter pour la fin de nuit. les conditions de navigation étaient évidemment très difficiles, mer formée de travers, le bateau roulant beaucoup nous obligeant à ramer avec le dos complètement en torsion, nous arrêtant deux fois sous ancre flottante dans la journée pour manger et dormir un peu.......et tout cela pour ça......tout se joue comme aux dés à quelques milles près sur une distance latérale immense. On était encore une fois juste à la limite du passage à niveau, mais encore une fois du mauvais coté, et la barrière s'est refermée devant notre nez........c'est démoralisant, vraiment.......

    pas trop le cœur à rire, car en plus une autre dépression se profile dans qq jours.......là c'est clair, dès que les vents tournent ce soir comme prévu, on plonge plein sud, mais c'est ce qu'on a fait aussi il y a qques jours......alors espérons que cette prochaine fois, cela passera pour nous.
    ce qui est incroyable également, c'est la météo atlantique cette année (je confirme NdW). Nous sommes partis depuis près de 40 jours, nous sommes par 18° sud de latitude, et nous n'avons toujours pas touchés les alizés. Les vents d'E qui nous ont aidés jusque là sont produits uniquement par des dépressions, lesquelles nous bloquent juste avant avec des vents contraires......et il semble que ce sera notre lot jusqu'à l'arrivée: pas d'alizés cette année, dur dur. évidement, à ce train là, aucune prévision d'arrivée n'est possible, disons que le vainqueur battra sûrement le record de lenteur de la course.
    On avait fait le pari de partir avec très peu de poids embarqué, donc 50 jours de nourriture, pour compenser le poids de notre bateau bien supérieur à celui des bateaux les plus récents.......on va peut-être finir la course au régime barre de céréales. Disons qu'on avait 10 jours de rab sur la bouffe déshydratée "normale". On commence à essayer d'économiser un plat déshydraté par ci par là. Hier ça tombe bien justement, on a ramé à deux toute la journée, du coup on a très peu mangé....!!!!
    aujourd'hui notre programme est le suivant: se morfondre en pensant aux autres qui avancent, attendre les vents favorables prévus ce soir, "si Dieu veut" comme on dit en Guadeloupe, faire un grand ménage à bord (bateau et équipage) car il y en a bien besoin, bricoler (filtre du dessalinisateur d'eau, poignées des avirons, roulettes des sièges, etc), vous écrire (ça c'est fait, je peux rayer de la liste), et espérer pouvoir repartir avant que ceux de l'arrière ne nous aient doublés. quant à QBE.....il va s'envoler. Et dire que nous espérions garder un écart le plus petit possible avec lui, on ne sait jamais............la chance pouvant enfin nous sourire.....
    bon, je vois que Benoit s'active sur la brosse à récurer pour passer sa rage sur la peinture de pont anti-dérapante, je vais préparer un truc à manger, puis m'y mettre également.
    bien sûr on reçoit tous vos messages avec autant de plaisir, mais aujourd'hui le jury n'a pas le cœur à se réunir pour attribuer ses prix aux supporters, désolé....

  • (09/02/10) Aieeee aieeee ......premier gros pépin physique à bord après 35 jours sans bobo majeur. Hier soir je (François) me suis déplacé une vertèbre, d'après Benoit, en faisant un mouvement de rame tout à fait anodin. Mais j'avais une contracture musculaire depuis le matin à ce niveau là, et le muscle trop contracté a exercé une tension latérale sur la vertèbre. Douleur intense, et j'ai eu le plus grand mal à rejoindre la couchette en rampant, où je me suis écroulé, puis endormi pendant 11 heures !!! antalgiques, anti-inflamatoires, et repos ont fait que j'ai pu prendre mes quarts de rame aujourd'hui, mais à 30% à peine du rythme normal. Pendant toute la nuit Benoit a ramé pour essayer de ne pas perdre trop de terrain. IL a notamment fait un quart de 6 heures.....D'après Benoit je vais pouvoir ramer de nouveau normalement dans 2-3 jours, après que les anti-inflamatoires aient fait leur effet. Lui-même avait eu le même problème en 2007. Cette blessure est la consèquence des efforts supérieurs fournis ces derniers jours, du manque de sommeil chronique depuis le départ (ça fait très très longtemps que je n'avais pas dormi 11 heures, d'un sommeil de plomb d'après Benoit) , et du fait que nos muscles de 40 ans bien tassés (pour moi en tout cas, c'est mon anniversaire la semaine prochaine....) sont plus fragiles que ceux de "djeuns" de 25 ans contre qui on lutte rame contre rame depuis 35 jours. au bilan du classement, évidemment nous avons laissé filer QBE......mais nous ne pouvions rien faire de plus, et ce matin nous avons décidé d'assurer la deuxième place plutôt que de tout perdre. En effet, et toujours d'après Benoit (je ne suis pas idiot, chu parti ramer avec mon kiné.....)cette blessure doit nous alerter sur le fait qu'il reste + de 1000 milles à parcourir et que ce seront les plus éprouvants pour nos organismes. Nous devons donc vraiment nous préserver pour finir avant tout, et aussi afin que l'ambulance ne nous attende pas sur le quai.

    Notre avance sur le 3ème, 100 milles environ, nous laisse de la marge pour les prochains jours où nous irons plus lentement que prévu. Ensuite la course pour la seconde place sera tout aussi valorisante, et n'enlevera rien à la valeur de notre performance à mi-parcours. Et qui sait, peut-être les QBE Boy's connaitront-ils une défaillance, ce que nous ne leur souhaitons pas. Rien n'est encore joué, la preuve, et comme évoqué plus haut, les derniers 1000 miles seront les plus éprouvants pour les organismes. Jusqu'ici nous étions très fiers de ne pas avoir encore ouvert la trousse à pharmacie. continuez à nous soutenir bien sûr, et mobilisez vous sur le forum, notamment du coté de la Guadeloupe où "tout le monde nous soutient" d'après les mails de Linda, ce qu'on veut bien croire, mais où personne (4 inscrits
    sur le forum en gwada, j'ai les noms) ne prend la peine de pianoter quelques encouragements sur un clavier. Y sont où les Fi², marido, Jean, les multigliss, Dan, JP, waypoint, les gens de la marina, Le Helleux, etc etc ???? ou
    alors ils se réservent pour être à l'arrivée à Antigua? ça doit être ça.... par contre plein plein de messages de métropole qui nous font tous très très plaisir quand on les ouvre le matin. à vos claviers tous et toutes, ça
    nous donne la force !!!!

  • (08/02/10) depuis hier retour du vent, mais holà pas pour longtemps, keske vous croyez, que ça va être simple jusqu'à l'arrivée désormais ? que nenni, en fin de semaine nouvelle perturbation attendue, et pétole, vents contraires, et tutti quanti associés........ on entame la deuxième partie avec comme intention de ne pas se laisser distancer par QBE, qui va nous doubler aujourd'hui (c'est logique: on fait du sud et donc moins de gain vers l'arrivée que lui). ensuite il restera 1200 milles encore pour repasser ou non devant. Quant aux poursuivants, on a un peu de marge, et plus l'arrivée approchera, moins ils auront le temps de revenir......on se repose autant que faire se peut à tour de rôle pour être en forme pour la suite.
  • (07/02/10) ben voilà.........dans les dernières 48H il y a du vent au sud et pas au nord, et nous on est les plus au nord. Même QBE qui n'est qu'à 15 milles plus au sud a eu du vent d'après les fichiers météo et nous non. Ça se joue donc à très très peu de choses......

    Évidemment ça ne se voit pas au classement, mais depuis 2 jours donc, on est vraiment à fond, on a vraiment fait nos meilleures journées sportivement parlant, pour limiter les dégâts, mais on ne peut pas, et surtout on ne veut pas faire plus. En effet on est à mi-course et rien n'est encore joué ni perdu. Nous sommes en bonne forme physique, n'avons aucun pépin majeur. Nous sommes justes en dette de sommeil permanente et il faut encore tenir 25 (?) jours environ sans blessure majeure. Alors on préfère encore se ménager. Tout peut encore arriver, et même si nous allons peut-être perdre notre première place, nous ne baisserons pas les bras et essaierons de la reprendre, fut-ce à la veille de l'arrivée. ce qui est certain aussi, c'est que les QBE boys sont très forts, il n'y a qu'à voir les écarts qu'on a creusé avec les autres......hier donc nous avons ramé à deux une partie de la journée, au détriment du repos, nous avons fait une très belle nuit de rame dans la pétole totale, et malgré cela tous les bateaux nous ont repris du temps. C'est le jeu, et ce n'est qu'un jeu.....Le fait de nous retrouver peut-être deuxième va aussi nous enlever la pression que l'on avait depuis une semaine. on ne sera plus dans la peau du gibier qui perd inexorablement du terrain sur le chasseur. On va rester le plus près de QBE possible, et dès que les alizés (qu'on n'a jamais vraiment eus depuis le départ.....) rentreront, nous nous appliquerons à bien faire glisser notre bateau, ce que nous savons faire. notre objectif n'a pas changé, seuls les faits de course (ancre flottante trop petite et pétole au nord) en ont décidé autrement pour l'instant. c'est une nouvelle course qui commencera à 1250 milles de l'arrivée, soit le compte à rebours de la mi-parcours passé. Continuez à croire en nous, et surtout ENCOURAGEZ NOUS VIA LE SITE
    *prix du meilleur supporter guadeloupéen attribué à DJO
    *prix du meilleur supporter Isère et Dauphiné à Christian (salut la famille !!!)

  • (04/02/10) depuis 3 Jours nous avons accéléré le rythme, et sommes sur une fréquence d'effort jamais atteinte depuis le départ, avec des résultats à la clé dont nous sommes fiers et contents pour l'instant: journée record hier sur 24h avec 67 milles réalisés sur le fond (ce qui est un peu moins en distance au but au classement Woodvale, car nous faisons une route un peu plus sud que la route directe), et ce matin un record de surf à 10.2 nœuds au GPS!!!! mais pour réaliser des moyennes quotidiennes de plus de 60 milles, croyez nous quand on vous dit que l'effort est intense, soutenu, et génère une fatigue bien normale. Plus que jamais notre vie est organisée de la sorte: ramer, récupérer 5 à 10 mn avant de pouvoir faire quoi que ce soit, manger en 4ème vitesse et surtout surtout DORMIR dès que possible même 3mn, car nous sommes en dette de sommeil, cela nuit et jour. Cependant, à ce rythme nous ne sommes pas à notre maximum, et nous pensons pouvoir le tenir sans problème pendant disons...........27 jours ? ouvrir l'ordi pour vous écrire nous prend donc bcp de temps sur ces périodes de sommeil indispensables pour nos organismes. Nous avons donc décidé de réduire drastiquement la fréquence et le longueur de nos messages....jusqu'à nouvel ordre. Si on ne s'y astreint pas, le diktat de l'ordinateur est le plus fort........donc continuez à nous écrire, on vous lira tous les matins avec plaisir en chargeant les messages avec les classements tant attendus, mais ne soyez pas trop exigeants pour des réponses.
  • Pour finir, deux rencontres sympa les deux dernières nuit: une baleine est venue souffler trois fois juste à toucher le bateau, mais la lune n'étant pas levée, nous ne l'avons pas vue. Et hier soir vers 21h, nous avons eu pour la première fois la visite d'un des deux bateaux accompagnateurs. La discussion en VHF fut très drôle, ils nous ont souhaité le meilleur dans notre objectif (à savoir ne trouver personne avant nous sur le quai à Antigua afin de pouvoir choisir la meilleure place.....!!), et on s'est salués en criant dans la nuit noire. génial !!!

    - Côté supporters, la palme du supporter masculin du mois à Hervé, de la supportrice la plus harcelante à Laurence, et un coucou très spécial à la classe de CM2 de M. Terrien, à Haute-Goulaine, à qui on ne peut pas écrire pour les raisons évoquées ci-dessus, mais à qui on pense très fort, avec là encore une mention spéciale à Victor, bien sûr, et aussi à Liam "peace and love" qui nous a bien fait rire dans son dernier mail.

    signé les rameurs, qui ont besoin de toute votre énergie

    PS1: je me suis rasé, ce qui m'a couté une heure d'efforts inutiles à la marche du bateau et une heure de sommeil de perdu. Benoit envisagerait de ne plus se raser d'ici l'arivée...... qu'en penses-tu Isabelle ??????
    PS2: au moment d'envoyer ce mail, alerte cachalot sur tribord !!!!!! un beau spécimen mais qui passe trop loin, 50 m environ, pour qu'on puisse faire une photo avec notre appareil pocket. On a bien vu ses fanons, son aileron quand il a respiré en surface. On lui a crié d'aller torpiller le solo.....

  • (02/02/10) la journée d'hier fut élue à l'unanimité de l'équipage "plus belle journée depuis le départ", euphorie totale à bord, du coup on a ramé très très fort cette nuit pour en remettre une couche à QBE.......et ce matin à la lecture du classement ils nous avaient repris 5 milles en 24 h.......abattement total, on a décidé de faire le black out à bord sur ce sujet jusqu'à demain au classement de 7h, et on essaye de récupérer des efforts (mal payés) de la nuit passée. du coup on n'a pas eu le courage de se raser, à chaque fin de quart on s'écroule sur la couchette où l'on s'endort illico.

    PS: encore une fois, vos messages de soutien nous font un plaisir fou, et on a également élu Agnès meilleure supportrice du mois !!!!!!

  • (01/02/2010) Salut les routeurs, comme vous avez pu le voir on a redémarré, à 0H45 TU très exactement, le temps de remonter l'ancre flottante et tout le boxon qu'il y avait derrière (notamment on avait molli les drosses de barre et ammaré le safran pdt la baston pour éviter de faire supporter des efforts inutiles au système de barre électrique.

    aujourd'hui c'était l'euphorie à bord: pas une vague pour nous mouiller
    depuis le départ au milieu de la nuit, pleine lune pour naviguer cette
    nuit, les vagues et la houle très bien orientées pour gagner dans l'W, on a
    repris enfin des milles à QBE, on sèche nos vêtements, le matelas aussi,
    bref c'est Byzance, et on apprécie ces moments pleinement.

    vent actuellement oscille entre le 245 et le 010 vrai, est en train de
    mollir, un petit 15 noeuds à peine et ça mollit encore, on navigue en
    moyenne au 25-30 vrai. Baro 1013. En fait les vagues sont parfaites pour
    faire des petits surfs, et donc on a privilégié les vagues sur le vent tte
    la journée. Cette nuit Benoit a même égalé notre record de surf qui datait
    de 15 jours avec 9.1 noeuds au GPS.
    sinon pour revenir à la dépression de la semaine passée, c'est quand même bien les
    Anglais qui avaient vu le truc longtemps avant tout le monde. Ils prévoient
    quoi sur les 10 prochains jours ??????
    on va enfin pouvoir glisser jusqu'à Antiqua sans faire d'autres arrêts
    buffets ? d'autant qu'on n'est pas les rois de l'ancre flottante, comme
    vous avez vu (chaque fois qu'on la remontait pour la vérifier, elle était
    en vrac, à l'envers, ou complètement fermée.....on n'a pas tout compris,
    nous on est meilleurs pour faire avancer les bateaux que pour les arrêter
    !!!!) pourvou que ça dourrrre disait la mère de Napoléon......



  • (31/01/10) aujourd'hui on s'est reçu sur la tête encore plus de vagues que ces 6 derniers jours, on n'a plus de vêtements secs, et on va se coucher dans 5 min sur un matelas encore plus mouillé que d'habitude, mais nous ce qu'on veut c'est la bascule annoncée des vents vers le N, qui nous permettra de faire au moins de la route vers le S puis le SW dans les jours suivants. la bascule ou rien !!!! je souhaite un bon anniversaire à ma sœur Agnès en ce 1er février. bises à elle et mes nièces. François

  • (30/01/10 bis) c'est la fête aujourd'hui sur le site TTR: 2 messages depuis le bateau et la ZE photo du cachalot (en fait on la gardait en réserve pour meubler pendant l'épisode ancre flottante......). journée routine comme depuis 4 jours maintenant: mal dormi cette nuit, mal mangé car il faut jongler avec les vagues pour sortir le réchaud, pompes et abdos pour se dégourdir sur le pont, regarder la mer.....et attendre des bonnes nouvelles de météo qui se font plus précises. je vous mets ci-dessous copie des (bonnes) infos reçues ce soir de Luc notre routeur:


    """" Les conditions météo à venir le vent reste NW 20nds jusqu'à dimanche. Dans la nuit de dimanche à lundi il va passer Nord 15 nds et rester N toute la journée. Ensuite martin matin il commencera à prendre de l'est, il restera N NE 10nds jusqu'à mercredi midi. Ensuite il sera Est pendant plusieurs jours; Consignes : Dès que vous pourrez ramer allez y quitte à faire du sud, il vaux mieux descendre pour la suite....puis la route reviendra progressivement au 250. """"
    c'est bon bon, c'est bon bon, c'est bon pour le moral dixit Carlos.... (Compagnie Créole NdW)

    aujourd'hui enfin, et on n'allait pas oublier de vous en parler, on a rencontré LA Vague !!! il y a de cela 1h, on faisait les marioles sur le pont, à se filmer en train de faire des pompes, on commençait à échafauder la scène suivante, à savoir Benoit jonglant avec le réchaud pour faire bouillir l'eau de la soupe, je m'apprêtais même à me faire un brin de toilette sommaire, lorsque LA Vague est arrivée, non pas de l'arrière comme les autres, mais de coté, bien abrupte, le haut de la vague commençant à se refermer juste avant de nous atteindre. La partie déferlante a fini son mouvement au dessus du pont, nous envoyant de travers au sens de notre marche et déversant sur le pont une tonne d'eau glacée. on s'est bien fait secouer et le bateau aussi (ou plutôt l'inverse), et on s'est retrouvés les pieds dans l'eau au milieu de nos affaires qui flottaient, à tout récupérer à la hâte avant que ça ne parte à la mer avec le flot qui s'écoulait vers l'extérieur. on s'est retrouvés complètement trempés et glacés, 5mn plus tard, sans mot dire, à faire chauffer vite fait 2 litres d'eau pour la soupe en surveillant nos arrières pour voir si une autre copine de LA Vague ne rôdait pas dans le coin, à avaler notre soupe à toute vitesse, et à rentrer nous sécher, nous changer, et nous mettre à l'abri dans la lessiveuse.....de laquelle on vous fait ce long mail afin que la nuit ne commence pas trop tôt ! car 12 h de nuit dans la lessiveuse, même bien abrités de LA Vague et de ses copines, c'est long !!!! vivement lundi qu'on reprenne le boulot comme nous l'a promis Luc, on veut ramer plus pour gagner plus, je ne sais plus qui a dit ça........
    François

  • (30/01/10) la voilà la photo des cachalots de la semaine dernière !!!! (qu'il est exigeant ce FX quand même !!!!)......

    je passe quelques coucous personnels à certains expéditeurs d'hier soir, au risque d'oublier tous les autres, mais tant pis: coucou à ma soeur Agnès et à mes nièces, coucouc à mes parents qu'Agnès tient au courant heure par heure, aux habitants de Chens sur léman qui se reconnaitront, aux 4 de boulbil et à mes très jeunes supportrices préférées Elise et Gabrielle, à Philippe supporter de la première heure et à qui il manque sa tite bière du vendredi soir à l'atelier (je sais que t'as soif !!, t'inquiète on fait au plus vite). pour tous les autres supporters, un grand merci. françois

  • (29/01/10) plein de choses en vrac:

    on a un problème avec notre ancre flottante qui est plus petite que celle des autres concurrents, et on dérive plus à cause de cela. On l'a relevée plusieurs fois aujourd'hui pour essayer de la faire mieux porter, on a essayé de la lester pour qu'elle soit plus en profondeur (on n'avait qu'un extincteur sous la main pour la lester......), de lui adjoindre une deuxième ancre plus petite, hier j'ai plongé sous le bateau pour améliorer le passage des cordages à l'arrière, bref on essaye ce qu'on peut.... on espère n'avoir pas trop perdu d'ici lundi, date à laquelle les vents vont tourner au NNE.......

    la lessiveuse porte bien son nom: trempée, programme sur essorage maxi ce qui nous empêche de dormir correctement, impression de confinement car on s'y trouve à deux souvent, d'autant qu'aujourd'hui on a assisté de l'intérieur à de bons passages de grains, et pour ma part une impression de confinement difficile à supporter lorsqu'on y est à deux. Faut dire que le volume doit atteindre tout au plus 2m3, pour une hauteur maxi de 70 cm. Fait chaud en plus la dedans la journée.......

    le vent et la mer sont très forts, mais avec le soleil entre les nuages et surtout la pleine lune la nuit, le spectacle est grandiose. Cette nuit, j'étouffais dans la lessiveuse, je suis sorti, me suis habillé en conséquence (dehors, entre deux vagues, car faut être contorsionniste pour s'habiller dedans sans écraser Benoit), harnaché par sécurité, et pendant une heure j'ai assisté à ce magnifique spectacle sous la pleine lune

    hier matin, toujours au spectacle j'ai réveillé Benoit pour admirer le passage d'un assez gros requin de 3 m environ, juste à coté du bateau, qui a croisé notre route à vitesse lente....

    coté compétition (car on n'a rien lâché mentalement) on prévoit de repartir bille en tête lundi, peut-être un peu avant les autres car étant placés plus au nord, on devrait bénéficier avant eux de la bascule des vents. on a fait la preuve dans le premier tiers de course qu'on allait vite, on remettra ça pour refaire des écarts. Tout est en bon état à bord, on a même fait des mouvements de sport sur le pont pour garder la forme entre deux vagues......

    il est 21H12 TU, on est tête bêche dans la lessiveuse, les genoux dans le cou, l'ordi coincé sur la poitrine (ça m'arrange pas trop pour la presbytie...), dehors un nouveau grain de pluie fait du bruit sur les panneaux solaires, les vagues continuent à se fracasser sur le tableau arrière à quelques millimètres d'épaisseur de bois de ma tête, et je sens que je vais devoir ressortir pisser avant de dormir, et j'ai oublié de me brosser les dents, zut!!!!

    Hugues le webmaster nous fait passer vos messages d'encouragements, et ceux que nous venons d'ouvrir ce soir, dans notre lessiveuse, nous ont fait passer un excellent moment, cela après avoir avalé une soupe rallongée à la sauce vague (il en est tombé une dans notre bol pendant qu'on soufflait dessus pour ne pas se brûler). des messages de Haute-Savoie, Nantes et Lyon, de la Guadeloupe (l'humour fort apprécié de Djo) nous donnent envie et obligation de ne pas vous décevoir. C'est exactement ce que vient de me dire Benoit qui devient de plus en plus balaise pour ouvrir et fermer la porte de la lessiveuse de l'intérieur afin de l'aérer entre deux vagues; au bruit que fait la vague suivante il arrive à estimer son danger d'inondation potentiel. petit jeu de roulette russe avant de dormir: mouillera ? mouillera pas l'intérieur de la lessiveuse ? et les oreillers étant placés justes sous le capot de l'entrée (oui oui l'entrée de la cabine c'est la tête de lit !!!), vous imaginez la nuque humide toute la nuit si il se plante à ce petit jeu dangereux !!!!!!!

    moral et santé sont bons, même si c'est plus fatiguant de faire le bouchon que de ramer: ça bouge plus, on dort mal, on mange comme on peut, et on recule vers notre point de départ......

  • (27/01/10) Conditions sur zone: vent d'W 30 nœuds, soit force 6-7, 55 km/h mer très forte, vagues de 5-6 m depuis 30 heures maintenant sous ancre flottante, ambiance très humide dedans et dehors, des paquets de mer violents s'abattant régulièrement sur le bateau. et la cabine est bien exiguë à deux !!!!! rien à faire d'autre que d'attendre et faire passer le temps. ce matin nous avons bien essayé de naviguer vers le sud pendant 3h, mais résultat pas terrible sur la carte, alors on s'est arrêté de ramer pour rien....... sinon moral et santé de l'équipage sont bons, mais on ne sait pas quand cette situation va finir......
  • (26/01/10) ici c'est pas la grosse ambiance, on est à l'arrêt, sous ancre flottante pour ne pas trop reculer, pour une période qui pourrait durer une semaine au moins, et on a un ipod pour deux......on a été les premiers touchés par la dépression qui passe dans notre N, donc notre avance en a pris un coup, mais c'est en sortant de cette mauvaise passe météo, dans X jours, qu'on fera les comptes.
  • (25/01/10) bonjour à tous, ci-dessous nous vous mettons en copie le mail reçu de Luc ce soir. vous comprendrez en le lisant qu'on va passer plusieurs jours difficiles, voire très difficiles.....dès demain matin (mardi) au lever du jour nous commencerons à tout vérifier, amarrer et préparer. Notamment nous préparerons un système pour amarrer l'ancre flottante à la structure entière du bateau, en le ceinturant, afin que les efforts soient répartis sur tout le bateau et non pas sur le seul tableau arrière. ensuite la vie à bord sera très inconfortable, mais nous le savons déjà, et nous y préparons mentalement. ce ne sera que de l'inconfort. ces bateaux sont très bien conçus pour faire le bouchon, alors nous ferons et attendrons. Mais ces conditions météo, si elles durent au minimum jusqu'au 1er février, peuvent aussi se prolonger au delà. Il est encore trop tôt pour le savoir. cela pour vous dire qu'on va prendre beaucoup de retard quant à l'arrivée, car évidemment, sous ancre flottante, on recule. et après il faut regagner les distances perdues.... heureusement nous sommes en tête, notre moral ne peut pas être meilleur, et nous avons toujours comme objectif de sortir de cette situation difficile en tête, pour être les premiers à nous présenter sous les falaises d'Antigua. envoyez nous toujours vos mails qui nous font très chaud au coeur chaque fois que nous les recevons, même si il ne nous sera peut-être pas facile d'y répondre tout de suite. à bientôt pour d'autres infos. Benoit et François.....le mail de Luc Coquelin..........

    " Salut les rameurs.
    C'est super vous avez toujours 90 milles d'avance.. Bravo. Maintenant la situation météo se complique et la semaine va être dur pour tout le monde : y compris les sudistes....
    Situation générale : Le 28: dépression centrée par 30 N 35 W
    Pévisions : Jusqu'à demain 26 midi TU vous avancerez encore sur une route
    intéressante (vent de SE à S 10 nds) . Ensuite le vent passe SW 10nds Le 27
    matin le vent passe WNW 10 15 nds il faudra absolument descendre Tb amure
    dès que votre route dépasse franchement 270. Vous ferez peut etre du sud,
    mais pas d'autre possibilité.
    Les autres auront les mêmes conditions, un peu après vous, car ils sont dans
    votre SE. Mais vous serez le premiers à retoucher les vent de N puis NE
    puisque l'anticyclone revient par l'ouest.
    Dur dur puisque les vents contraires sont prévus au moins jusqu'au 1er
    février. C'est certain que vous serez obligés de mettre l'ancre
    flottante..,
    tout le monde sera logé à la même enseigne. L'objectif cette semaine est de
    pas forcement avancer mais d'essayer de ne pas reculer...
    Le vent sera surement fort par moments, les fichiers annoncent 20-25 nds à
    partir du milieu de semaine. Préparez vous et surveiller votre matériel.
    Quand les vents seront forts et contraires, passez bien en mode marins et
    non plus en mode compétiteurs. N'oubliez jamais que les autres seront dans
    les mêmes conditions que vous, juste avec quelques heures de décalage. Donc
    faites bien le dos rond et surtout ne prenez pas de risques, vous etes en
    bonne position. Ces prévis sont données pour une semaine, donc on verifie régulièrement
    l'évolution et on vous tient informé dès qu'il y a du changement...
    Bon courage
    A + Luc"

  • (24/01/10) Depuis quelques jours, la mer est très forte et la vie à bord est très difficile.On navigue capot de cabine fermé et la chaleur est éprouvante. Les déplacements sur le pont, la nuit, se font harnachés et à genoux, il est impossible de tenir debout. Hier, FRANCOIS a été projeté sur le tableau électrique, pas de mal, mais une jolie marque sur la peau. Ce matin, 85 miles d'avance, on continue notre progression. BENOIT
  • (23/10/01) Rencontre extraordinaire ce matin, vers 10h: deux cachalots de 7-8 m sont venus jouer sous le bateau pendant 40 min: ils passaient à quelques mètres devant, derrière, en plein sous le milieu du bateau, en se retournant parfois pour nous montrer leur ventre blanc, venaient respirer à la surface en sortant bien la tête à deux longueurs d'avirons du bateau, surfant dans les vagues à l'arrière !!!!! le grand spectacle. j'en avais du mal à finir ma soupe à la tomate, et Benoit qui ramait se tordait le cou pour les suivre. sinon RAS concernant les conditions de nav': beau temps-belle mer. on maintient un rythme "moyen élevé", histoire de maintenir notre avance, et de se reposer. Chaque minute inemployée à bord est occupée à dormir ou s'allonger, même 5 min. Nous avons tout de suite vu la différence: les quarts de rame de nuit sont moins difficiles et on gagne du terrain sur les autres en général la nuit. 
  • On mange comme des ogres, les plats treakn eat sont excellents ainsi que toutes nos confiseries, et je n'ai rien perdu de ma ceinture abdominale....(François)
    Hier on s'apprêtait  à remonter à bord notre première daurade, mais Benoit, pêcheur débutant la regardait gigoter le long de la coque au bout de l'hameçon au lieu de la remonter, elle n'a pas demandé son reste pour se décrocher.......aie aie aie Heureusement qu'ils ont d'autre nourriture à se mettre sous la dent!!!
  • (22/01/10) TVB à bord depuis 2 jours, beau temps-belle mer. le programme c'est on rame, on mange, et on dort tout ce qu'on peut. Rien d'autre de passionnant à raconter, mais c'est cela aussi la monotonie d'une traversée si les conditions sont idéales. continuez à nous soutenir !
  • (20/01/10) Petit glossaire technique de quelques termes utilisés dans mon mail laconique d'hier (mais j'avais une excuse: on se faisait bien brasser depuis 48h)

    "lessiveuse": nom donné par des rameurs atlantiques à la cabine de leur bateau, l'effet y étant le même que pour le programme essorage d'un lave linge: secoués dans tous les sens, soulevés de la surface et mouillés à l'intérieur pour cause de capot de l'arrière pas étanche (de l'eau nous coule sur les pieds à chaque grosse vague)

    "trainard": cordage de 80 m de long, qu'on attache à l'arrière du bateau pour freiner sa course dans les trop grosses vagues, lorsqu'on ne peut plus techniquement ramer, ou pour raison de fatigue. On y attache à l'extrémité un jerrycan de 20 litres pour augmenter l'effet freinage. Le trainard est censé diminuer l'effet lessiveuse, mais à la grande surprise des rameurs qui croyaient pouvoir enfin dormir, il a largement tendance à augmenter l'effet essorage.

    "assurer": se dit de deux rameurs fatigués qui se disent qu'ils vont essayer de dormir cette nuit pour être en forme le lendemain. jusqu'à 1h du mat, ils ont essayé de dormir, à 1h du mat ils ont remis le bateau en marche et repris les avirons car la mer s'était calmée.

    "YES": cri poussé, poing serré, par Benoit rameur atlantique, lorsqu'il ouvre le mail reçu de son père avec le dernier classement et qui confirme que les rameurs ont bien eu raison d'assurer (voir ci-dessus) car l'écart s'est encore creusé avec les poursuivants cette nuit. aujourd'hui, beau temps, belle mer, on fait sécher le bateau et on se repose, c'est à dire qu'on arrive à dormir entre deux quarts de rame.

  • (19/01/10) Conditions très difficiles, vent au 50, 20/25 noeuds, mais bascules permanentes, alors mer grosse et très croisée, donc très casse-gueule. on assure plutôt qu'on attaque. pas dormi la nuit dernière cause lessiveuse, peut-être petit trainard cette nuit pour assurer. mais on a la pêche !
  • (18/01/10) bonjour bonjour. Depuis 48h, nous avons:
    - pris un bon bain au milieu de la pétole, avec nettoyage complet de l'équipage, et surtout carénage de la coque. des anatifes y étaient déjà collés alors que le nettoyage précédent datait de 6 jours seulement.
    - croisé de très près une baleine. de nuit, à 2H24 TU, je ramais et avait été précédé par des dauphins qques minutes auparavant, lorsque un bruit de souffle énorme s'est fait entendre juste devant le bateau. j'étais à moitié endormi sur les avirons, donc grosse décharge d'adrénaline !!!! puis la baleine a encore soufflé deux fois, par le travers du bateau, mais malheureusement je ne l'ai pas vue dans la nuit noire. J'ai bien pensé à tous les enfants qui nous encouragent à ce moment là et notamment à Elise et Gabrielle, qui attendent tous des nouvelles des animaux marins.
    - ramé, ramé ramé dans la pétole, ce qui est fort pénible, sous un soleil de plomb, et avec l'impression que le bateau aussi est en plomb. de plus ces conditions avantagent nos gros balaises d'adversaires. mais pas de terrain perdu sur eux, c'est bon de lire le classement et de noter les écarts (avec le stylo de JLou qui est notre mascotte du bord, le stylo......pas JLou) dans notre carnet à spirale (W. Sheller deposit).
  • (16/01/10) Pétole nous y sommes !!!!! au moins jusqu'à mardi où le retour des vents de NNE (ceux qu'on aime bien.....) est annoncé. conclusion on rame sur une mer d'huile, sous un soleil de plomb......vivement mardi, où on pourra descendre vers le sud grâce à ces vents de NNE. ce faisant on espère pouvoir se recaler sur la latitude d'Antigua plus ou moins, en arrivant à le faire devant les autres concurrents, lesquels sont tous déjà assez SUD. mais nous aurons fait une route plus directe qu'eux et allons bénéficier d'un angle meilleur avec les vents de NNE. on espère donc s'intercaler sur la ligne droite entre eux et Antigua, après quoi c'est tout le monde à la queue leu leu. et si ce coup tactique marche, ça peut être le bingo. RV dans dix jours pour savoir qui avait raison, d'eux qui sont partis au sud, ou de nous qui sommes restés au nord plus près de la route directe. En clair notre avance actuelle ne représente pas vraiment la réalité. tout cela a été concocté par Luc, notre routeur, avec qui nous sommes en communication quotidienne par mail: nous lui envoyons un mail vers 12h TU dans lequel nous lui donnons les conditions météo sur zone. Il nous répond par mail en nous donnant le cap à suivre, et en nous expliquant le pourquoi du comment. Et le téléphone fonctionne aussi avec lui pour avoir de plus amples informations, comme hier soir vers 22h au moment où la pétole nous tombait dessus. Coté dauphins, et Hugues le webmaster nous dit que Elise, Gabrielle et bcp d'autres enfants nous envoient des messages à ce sujet(certains messages nous sont renvoyés, je t'ai reconnu FX......). nous en avons vu plusieurs fois, mais notre bateau trop lent ne les intéresse pas, ils ne font que passer près de nous sans s'arrêter. En effet les dauphins aiment bcp jouer dans le sillage des bateaux, dans les remous créés par la vitesse. Hélas le nôtre ne crée pas assez de remous ("allez rame plus fort Benoit, kestufou ?") car trop lent, du coup ces ingrats de dauphins nous regardent de loin....j'ai bcp rogné sur mon temps de repos, je vais dormir, car cette nuit, il va falloir ramer ramer ramer dans la pétole.....françois
  • (15/01/10) Hier, on a beaucoup ramé, mangé et dormi et aujourd'hui, on a beaucoup dormi, mangé et ramé. Peu de news, à l'exception de 2 mouches qui se sont incrustées; Ni une, ni deux, le nouveau jeu était lancé, François a eu la première en deux coups, j'en ressors victorieux avec avec un seul essai. Du côté de nos partenaires de rame, ils ne veulent plus jouer avec nous, alors on continue notre chemin tous seuls...
  • (15/01/10) bjr, précisions concernant la performance du bateau en solo, en tête du classement scratch. (plus maintenant! NdW) en catégorie double (pairs), il y a deux jauges très proches qui imposent un type de bateau afin que tout le monde courre à égalité. C'est notre cas. en solo, le type de bateau est laissé libre, et un bateau révolutionnaire peut s'aligner au départ. il suffit d'aller voir le bateau JJ Insurance sur son site internet pour comprendre comment il peut aller si vite: c'est une sorte de spi rigide qui forme la cabine, à l'avant. donc même quand il dort il avance plus vite que nous, car poussé par le vent. pour résumer, 80% de sa performance est due au bateau, 20% au bonhomme (qui en plus se trouve être un bon marin et un gros costaud). soit l'inverse de nous..... donc ça gâche un peu la performance des autres de le voir classé premier, ce d'autant que le grand public ne sait pas l'explication. dommage pour l'esprit du sport et de la course. heureusement les classements finaux ne se feront pas au scratch mais catégories par catégories (solo, doubles, quattro), et en attendant on se considère bien actuellement comme en tête de la course "pairs" .à bientôt.la précision devait être faite.
  • (14/01/10) Deux jours sans infos, mais deux jours qu'on est à l'attaque car les conditions météo s'y prêtent: vent arrière soutenu et grosses vagues. apparemment on est beaucoup plus à l'aise que les autres dans ces conditions de mer, alors on enfonce le clou, donc pas trop le temps d'écrire, le maitre mot étant récupération pdt nos périodes de repos. moral au grand beau fixe, santé parfaite, on ne s'est jamais mis dans le rouge. Il n'y a que la nuit où c'est dur: on ne voit pas les vagues donc très difficile de ramer, on s'endort sur les avirons car nous avons des périodes de sommeil de 1H30 seulement, il fait froid. mais ce qui nous fait tenir c'est d'imaginer la tronche des autres quand à la lecture du classement de 7h du mat ils voient qu'on leur prend du terrain tts les nuits !!!!! on a déjà une demi journée d'avance sur le deuxième, c'est bon on continue à mettre du charbon sans s'occuper des signaux. continuez à croire en nous, car on veut vraiment être le premier bateau à s'amarrer à Antigua.
  • (11/01/10) On n'avait pas été inspirés la nuit précédente, donc on avait à cœur de se rattraper hier soir, ça tombait bien, les vents d'est sont enfin arrivés, assez soutenus. on a mis énormément de charbon dans la locomotive, toute la nuit, se relayant de manière intensive et s'écroulant tout habillés et humides à tour de rôle sur la couchette. Résultat on s'est fait 6 meufs dans la nuit (désolé nos femmes on verra ça à l'arrivée), pris en sandwich qu'on étaient entre les Anglaises d'Explore juste à coté de nous à bâbord, et les Françaises juste à coté à tribord. On a vu toute la nuit leurs feux de route reculer..... aujourd'hui on récupère un peu de nos efforts de la nuit, mais en même temps on est impatients de voir si les autres bateaux ont continué eux à attaquer, ou si comme nous ils pensent surtout à récupérer.......on attend le classement de ce soir pour voir.
  • Ecoutez l'entretien par satellite du dimanche 10 janvier avec Benoît & François sur RFO !!! merci Eric Stimpfling.
  • (10/01/10) (voir photo en page d'accueil) y sont-y pas mignons ?????? avec leurs beaux chapeaux. ceci dit on vient de se faire une nuit sur un rythme très élevé, on va récupérer aujourd'hui. à bientôt vous tous.
  • (10/01/10) Ben voilà petite déception ce jour en lisant le classement. en fait depuis le début on a comme tactique de toujours bien faire glisser le bateau sans jamais serrer le vent, mais hier soir on a probablement dû en abuser, résultat les autres sont revenus sur nous.... ce n'est que partie remise. ce matin on a croisé en pleine mer le bateau Vivaldi des Françaises. elles ont fait leur fières: elles n'ont pas répondu à la VHF......j'te jure. C'était quand même drôle de se croiser comme ça au large...... on vient de faire chacun à tour de rôle un quart de rame, sur un rythme élevé, histoire d'évacuer la frustration, mais là on se calme, il faut tenir sur la distance, on n'a pas le droit de trop se fatiguer. sinon tout va très bien à bord, et si on nous avait demandé de signer en bas d'un texte où on nous assurait de la deuxième place au classement en fin de première semaine, on l'aurait fait des deux mains !!!!! petite anecdote: tous les jours le directeur de cours envoie par téléphone satellite un message commun de soutien et prévisions météo à toute la flotte. aujourd'hui il le terminait par cette question adressée aux concurrents anglais: qui va pouvoir arrêter le "french leadership" ? on lui a répondu par sms "no one". Bon......QBE avait la réponse......lui ! à bientôt, on remet du charbon dans la chaudière (lire: je me fais chauffer un litre de soupe au champignons à 15h30 pour reprendre des forces pour le prochain quart de rame)
  • (09/01/10) Salut, je prends 5 minutes octroyées par mon coéquipier pour adresser mon premier mail, en fait, je crois que les avirons me collent aux mains...Première bonne nouvelle, on est encore premiers. deuxième bonne nouvelle, il fait très beau et la mer est d'un bleu magique sur 360 degrés. Pour les petites nouvelles à bord, la nuit dernière a été difficile, se lever pour ramer toutes les heures et demie demande une certaine motivation, mais on est premiers, alors il faut assumer...ce matin, petit nettoyage de carène, les anatifes s'étaient déjà collés, j'en ai profité pour faire une petite toilette dans l'eau, à bord, FRANCOiS faisait la maintenance, notamment la mise en place du dernier panneau solaire souple, on avait du mal à charger les batteries à 100%. amicalement, BENOIT
  • (08/01/10) on est super contents des résultats comptables de ces dernières 24H !!! et on analyse bien tout ça pour surtout ne pas s'enflammer. on reste sur notre rythme actuel, il y a encore tant de chemin à faire. ce rythme est le suivant: des quarts de rame de 1h30 jour comme nuit. c'est parfait pour l'instant car on n'a pas encore la possibilité de faire 2h/2h.on verra bien par la suite. sinon le temps est magnifique, la mer est calme, c'est très agréable pour tout faire sécher, bien manger et ramer.... Benoit a repris un appétit de rameur avec le beau temps revenu, et "ça aprt de là" !!! ceci dit les gars de devant, du bateau QBE, c'est deux montagnes de muscles de 25 ans, faut pas s'enflammer non plus, comme dit plus haut. à part ramer et manger le plus possible, on essaye aussi de dormir le plus possible. en clair, on est passés en mode course après 3 jours de mode survie.... d'ailleurs je vais dormir.
  • (07/01/10) bjr, nuit très difficile, sous ancre flottante pour ne pas reculer, car les vents étaient NW. ce matin la course a bien failli s'arrêter là pour nous car le safran est sorti de son logement, le système de retenue ayant lâché suite à une casse d'un bout de manœuvre.abattement total, car il y avait 4 m de creux et vent force 4-5, le bateau roulant en tous sens sans gouvernail. heureusement j'ai pu plonger sous le bateau et suis arrivé à aligner le safran dans ses gonds pendant que Benoit faisait de même depuis le pont. on a poussé un énorme cri de victoire !!!! là on est repartis, même si ce problème nous a fait perdre une bonne partie de la matinée. le vent a tourné N, donc on progresse mieux cet AM, la mer étant très formée: grosses vagues, mais grand soleil. et il y a deux heures nous avons été doublés par deux orques. notre classement ne veut pas dire qu'on est largués pour l'instant, les positions peuvent encore bcp varier. françois. on a le moral . a+
  • (06/01/10) On s'accroche pour ne pas perdre de distance par rapport au but, mais vents de travers nw 20 Noeuds, mer de travers, mouillés, froid, pas en forme, la nuit va etre longue. on attend avec impatience les vents d'est prévus samedi..... a+
  • (05/01/2010: 1° message depuis le bateau !!!) Bilan depuis hier: tres bon départ, on était bien placés à 20h, mais nuit très difficile: grosse houle + vagues + 20 noeuds de vent travers. résultat gros mal de mer, trempés jusqu'aux os car déferlantes sur le pont, intérieur trempé aussi, pas dormi et pas mangé cause Mdm.....bateau qui roulait énormément d'un bord sur l'autre. ce matin ça allait mieux pour moi, j'ai pu manger et boire, dormir un peu. mais Benoit a du mal, il commence seulement à émerger, car depuis midi la mer s'est calmée, on a pu faire tt sécher. malgré tout il a ramé ce qu'il a pu, chapeau. du coup on a pris pas mal de retard sur les autres bateaux alors qu'on était devant eux hier soir. on espère une nuit plus tranquille à venir pour pouvoir dormir; Le vent tombe et notre vitesse aussi.


  • le webmaster attend le premier message du bateau, il leur a transmis vos encouragements en quelques mots pour tester la transmission.
  • (la veille du départ) pour les 12 premières heures, on a décidé de tenir un rythme différent de celui qu'on a établi pour la suite, plus soutenu, afin de se situer dans le groupe de tête: ce sera bon pour le moral. Dès le 05 au matin, on tiendra le rythme suivant: 2h/2h pendant la journée,
    1h30/1h30 entre 20H et 6h du matin. On verra si on tient le coup en cours de route.....et on avisera au cas où. On essaye de ne pas se mettre de pression, et de ne pas nous prendre trop au sérieux, d'autant que beaucoup de concurrents nous rangent dans le lot des favoris, ce qui nous parait incroyable !!!! à priori on va essayer de partir assez Nord, plus près de l'orthodromie que tous les autres bateaux, lesquels vont plonger au Sud rapidement d'après nos informations. On sera en relation journalière avec Luc Coquelin qui nous route, pour faire au plus vite, mais vues les conditions (alizés très sud et pas très forts), la victoire pourrait se jouer en 60 jours, au lieu de 50 comme bcp le prévoyaient. on a pris un petit peu de rab de nourriture......mais pas trop quand même, car il ne fallait pas alourdir le bateau, et parce qu'on a grossi à force d'essayer de prendre du poids !

  • (depuis La Gomera) nous lisons les messages d encouragement et ils nous font tres plaisir, continuez a en envoyer les gars les filles ¡¡¡


 

pour Haïti chérie


fos-la pou sé ti-moun la ...

les derniers Potins...

Des nouvelles photos et vidéos un peu partout...

T-shirt TTR2009

Collector ! 15€ franco Taille M

Affiche le nombre de clics des articles : 1595296

Sponsors


 

météo GLP

GPS

Pour plus de détails et profiter pleinement de ce "GPS", clickez sur puis sur la page qui apparaît, confirmez et en dessous de la planisphère, sélectionnez le rectangle tout gris puis double-cliquez sur la carte...BIG BROTHER ?

i-Pod Karukera

Amitiés

 
 

s'abonner au flux TTR2009

Navigateur Firefox ou Opera à jour & résolution mini de votre écran : 1024 x WebFoo